Article

Publié le 01/09/2022

Un collège à Énergie positive à Nancy pour la rentrée

Commandité par le Conseil Départemental de la Meurthe-et-Moselle, le collège Artem à Nancy est le premier bâtiment à énergie positive construit par la collectivité. Alpes Contrôles a assuré le contrôle technique de construction dès la phase conception jusqu’à sa réception en septembre 2022.

Une démarche de construction passive

 

Collège à énergie positive en bois et paille
Le collège Artem, premier bâtiment à énergie positive du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle

Après plusieurs mois de travaux, le collège Artem est livré afin de pouvoir accueillir 480 élèves à la rentrée 2022. Imaginé par Mu Architecture, selon le cahier des charges ambitieux de la maitrise d’ouvrage, le collège se veut exemplaire sur le plan environnemental.

Panneaux solaires en toitures, terrasses végétalisées de 700 mètres carrés, raccordement au réseau urbain de chaleur et utilisation de matériaux biosourcés sont autant de dispositifs pour que l’établissement produise plus d’énergie qu’il n’en consomme.

La mise en œuvre des matériaux biosourcés est un des points importants sur lequel Alpes Contrôles a apporté son expertise dans le cadre de sa mission en Contrôle Technique de Construction.

 

La maitrise d’ouvrage a en effet plébiscité des matériaux biosourcés issus de la filière locale :

– Bois massif pour la structure du bâtiment,

– Plancher en bois préfabriqué (CLT) en atelier à moins de 100 km du chantier,

– Paille isolante produite dans la Meuse.

De l’importance du bureau de contrôle pour construire en matériaux biosourcés

De par la conjugaison du bois et de la paille dans l’ouvrage, Alpes Contrôles a porté une vigilance particulière à l’association de ces deux matériaux.

Collège à énergie positive en bois et paille
Façade en ossature bois et en isolation paille

« En concertation avec notre pôle Bois et Matériaux Biosourcés, il a fallu trouver des solutions au niveau de la sécurité incendie qui s’applique aussi bien aux règles professionnels de la construction paille qu’au guide de la construction bois en matière de propagation au feu. Pour cela, deux solutions possibles étaient envisageables : la réalisation d’un essai Lepir 2 ou le respect points par points des différentes solutions envisagés dans les guides » explique Franck Rémy, Responsable d’agence de Lorraine (Agences de Nancy et Metz).

Conformément aux dispositions prévues dans le guide bois, il a été décidé de protéger l’isolant paille par des plaques de plâtre. Une disposition qui mettra de contrer le risque incendie mais également de limiter les risques de pourrissement liée à l’humidité.

Partager sur