Article

Alpes Contrôles accompagne le chantier de la Cité des Vins et des Climats

Alpes Contrôles intervient sur le chantier de construction de la Cité des Vins et des Climats à Beaune, un projet ambitieux conjuguant prouesse structurelle et utilisation de matériaux ancestraux. Un double défi que les équipes d’Alpes Contrôles ont participé à relever aux côtés des équipes de conception. Un accompagnement dans le cadre de missions en Contrôle technique de construction et en appui sur la mission biosourcée.

Une mission de contrôle technique de construction pour un défi structurel dès la phase esquisse

Porté par la Mairie de Beaune et la Communauté d’agglomération Beaune Côte & Sud, le projet de la Cité des Vins et des Climats de Beaune sortira de terre à l’automne 2023.

Cité des Vins et des Climats de BeaunePensé comme un « bâtiment paysage » par l’agence d’architecture Siz’-ix, ce bâtiment se caractérise par son imposante rampe en béton qui chemine autour du bâti jusqu’à la terrasse belvédère panoramique, telle une allégorie de la vrille de la vigne. Cet élément important du projet aurait pu prendre une toute autre forme ou perdre sa vocation de promenade architecturale sans l’intervention d’Alpes Contrôles.

« Dès la phase esquisse, nous avons entamé des discussions constructives avec Alpes Contrôles. Les contraintes réglementaires en matière d’accessibilité nous imposaient de revoir notre projet initial. Le rôle d’Alpes Contrôles a été déterminant pour conserver le projet architectural tel que nous l’avions imaginé. La rampe conserve donc sa vocation de promenade en dévoyant les accès handicapés sur les ascenseurs » explique Emmanuelle Andréani, conceptrice du projet et fondatrice de l’agence Siz’-ix.

A la fois fonctionnelle et esthétique, cette rampe entièrement en porte-à-faux repose sur un noyau en structure bois et béton de chanvre sur lequel vient s’appuyer toutes les descentes de charges. Pour relever ce défi architectural, un important travail d’analyse documentaire des plans d’exécution et des notes de calcul ont été nécessaires pour respecter les contraintes structurelles et sismiques :

« Cette grande ellipse comporte des contraintes dont il a fallu s’assurer de la faisabilité technique. Structurellement, nous avons pris soin que la structure s’implante en opposition pour équilibrer les charges. Concernant les contraintes sismiques, des études complémentaires ont été menées en raison de la grande surface de béton réalisé sans joint de dilatation » explique Julien Morel, Contrôleur Technique des Constructions et Ingénieur structure.

 

Un chantier complexe incluant une diversité de matériaux nobles

Le chantier se distingue aussi par l’utilisation d’une variété de matériaux biosourcés et géosourcés : façades en ossature bois et béton de chanvre/chaux, planchers bois, pierre de bourgogne pour le socle et terre en toiture.

Autant de matériaux et de niveaux de détails qui s’ajoutent à la complexité de la réalisation de l’ouvrage en phase chantier.

« La présence d’Alpes Contrôles est un réel atout sur cette opération complexe qui met en œuvre des savoir-faire et des techniques très diverses liés à la multitude des matériaux qui s’imbriquent. La proactivité des équipes, grâce à leurs alertes et analyses rapides, nous permet de réagir en conséquent afin de tenir les délais de ce chantier très contraint dans le temps » explique Yalcin Odabas, directeur de projet chez Rougeot TP.

 

Des contraintes de sécurité incendie liées à l’utilisation du béton de chanvre

L’utilisation de béton de chanvre en façade implique notamment une vigilance particulière sur les normes de sécurité incendie.

A ce titre, deux types d’essais au feu ont été réalisés en laboratoire par le CERIB pour valider réglementairement l’utilisation de ce matériau.

D’une part, le béton chaux-chanvre étant combustible et protégé uniquement par un enduit terre sur canisse, un essai a été effectué pour s’assurer du respect du règlement de sécurité incendie (AM8).

D’autre part, il a été nécessaire de s’assurer de la conformité de la combustion de l’isolant au travers d’un essai dit « essai LEPIR ». Celui-ci permet de s’assurer que le feu ne se propage pas d’un niveau à l’autre. Certaines dispositions constructives propres à l’opération s’écartant de l’essai LEPIR sur lequel s’appuyaient les grands principes constructifs, un Avis de Chantier en cours de réalisation par le CERIB s’est avéré nécessaire.

« Les essais et test réalisés sur ce chantier nous permettront de répondre aux contraintes réglementaires et ainsi d’innover sur l’utilisation de ce matériau. Ces essais permettront de déployer la même typologie de façade sur d’autres chantiers, grâce à l’appui notamment de notre Pôle Bois et Matériaux Biosourcés et participeront à la progression de cette filière » explique Thierry Cecillon, Ingénieur en Contrôle Technique de Construction

 

En images

Après 16 mois de travaux, plus de 85% du gros œuvre et 50 % de la globalité des travaux ont été réalisés, permettant de dévoiler les premières images de cet ambitieux chantier.

Photos du chantier de la Cité des Vins et des Climats

 

Partager sur